• Accueil
  • Contrat de débourrage et responsabilité contractuelle de l’écurie prestataire

Contrat de débourrage et responsabilité contractuelle de l’écurie prestataire

CA Limoges – chb. Soc. 23 mars 2023 n°22/00149

Dans cette affaire, une pouliche de sport avait été placée dans une écurie au titre d’un contrat de débourrage, lequel prévoyait, « le débourrage d’un cheval en vue de son utilisation sous la selle. Le débourrage ne consiste pas en un dressage complet. Le cheval doit accepter le harnachement complet nécessaire à son utilisation, accepter le cavalier et pouvoir se mouvoir aux 3 allures sur des aides légères ».

Un soigneur est entré dans son boxe pour lui faire un pansage, alors que la jument n’était pas sortie depuis 48 heures à cause d’une panne de tracteur.

En conséquence, et sans surprise, la jument a essayé de sortir du boxe, le soigneur a fait un geste brusque pour qu’elle reste dans le boxe et la tête de la jument est venue heurter violemment le montant droit en béton du boxe, se blessant à l’œil gauche.

Pour rappel, les contrats de pension équestre font l’objet d’une application distributive.

Ainsi, les dommages survenus lors des périodes de repos et de boxe relèvent du régime contractuel du contrat de dépôt, les dommages survenant lors des périodes de travail relèvent du contrat d’entreprise.

La conséquence principale de cette application distributive se situe au niveau de la charge de la preuve d’une faute : en effet, lorsque le dommage survient en dépôt, c’est à au dépositaire (donc l’écurie) de prouver ne pas avoir commis de faute dans l’exécution du contrat.

La Cour d’appel de Limoges juge tout d’abord que l’accident est survenu dans le boxe et donc dans le cadre du contrat de pension ou de dépôt.

Une conclusion assez logique à première vue et qui découle d’une interprétation stricte des termes du contrat de débourrage « débourrage d’un cheval en vue de son utilisation sous la selle. Le débourrage ne consiste pas en un dressage complet. Le cheval doit accepter le harnachement complet nécessaire à son utilisation, accepter le cavalier et pouvoir se mouvoir aux 3 allures sur des aides légères »

Toutefois, le débourrage reste une prestation de travail particulière puisqu’il s’agit d’une prestation devant inclure un certain travail de préparation en amont de chaque séance de travail.

En débourrage, l’on ne peut pas se permettre de passer un coup de brosse rapide sur le cheval avant de mettre la selle et monter.

La phase de préparation, à notre sens, fait partie intégrante de la prestation de débourrage.

La description contractuelle de la prestation de débourrage dans le contrat, notamment « le cheval doit accepter le harnachement complet nécessaire à son utilisation » manquait peut-être de précisions sur l’importance de la phase de préparation avant les séances de travail.

En tout état de cause, la Cour d’appel de Limoges ne l’a pas entendu ainsi.

En conséquence, l’écurie devait prouver ne pas avoir commis de faute dans le cadre de l’exécution du contrat de pension.

La Cour d’appel a jugé que le fait de laisser la pouliche au box pendant deux jours et geste brusque du soigneur pour l’empêcher d’en sortir étaient constitutifs d’un manquement par l’écurie de son obligation de conservation de l’animal en bonne santé.

Holly Jessopp – Avocat Associé

Vous aimerez aussi

05/02/24

Gain de cause dans un dossier amiable relatif à un accident de pré

05/02/24

La Grande Loterie de FoalR !

05/02/24

Bienvenue à Eve Miolane en tant que stagiaire EFB